logo-adandco
Je m’abonne à la newsletter Ad and Co :
Afterwork, d'où vient ce concept ?

Afterwork, d'où vient ce concept ?

Publié le 07-05-2020
Décodeur Réseau Communication Entrepreneur Entreprise

Dans la culture anglosaxonne, la pratique de l’afterwork fait partie des habitudes et s’est largement démocratisée. En France, on connaît généralement assez bien le concept, on s’y montre globalement favorable, mais peu de professionnels concrétisent ces réunions entre collègues après le travail. Quels sont les avantages à développer ces rendez-vous ? Pourquoi restent-ils marginaux en France ? Quelles alternatives sont possibles ?

Un verre en fin de journée, pour stimuler le bien-être en entreprise

Selon une enquête réalisée par OpinionWay pour Privateaser, 6 salariés sur 10 sont convaincus que l’afterwork peut les rendre plus heureux dans leur travail. Mais dans les faits, moins de 15 % des entreprises s’organisent pour mettre en place ces initiatives, qui nécessitent d’y consacrer un peu de temps et, surtout, un minimum de budget.

La faute aux patrons uniquement ? Peut-être pas… Car si l’on en croit les chiffres de la même enquête, 59 % des salariés rentrent chez eux directement après le travail. Ils ne prennent pas, non plus, l’initiative d’aller boire un apéritif avec quelques collègues. Ainsi, si l’idée de l’afterwork les séduit, on reste bien loin de la mise en pratique !

Très concrètement, les gérants ont tout intérêt à utiliser ces rendez-vous, qui permettent de se retrouver hors des murs de l’entreprise, de créer du lien, d’apprendre à se connaître différemment. Cependant, après une journée passée au bureau, les employés n’ont pas envie de se soumettre à des contraintes organisationnelles supplémentaires. Il faut donc identifier un lieu accessible, des horaires qui conviennent à tous et faire preuve d’une véritable souplesse sur l’accueil en afterwork.

Pourquoi les afterworks sont-ils si difficiles à mettre en place ?

Dans un premier temps, puisqu’il faut trouver et réserver un lieu, identifier des activités attractives et imaginer tout l’événement, l’afterwork nécessite une authentique démarche de préparation que beaucoup trouvent trop chronophage. C’est l’un des principaux obstacles à la démocratisation de la pratique en France.

De plus, puisque tout le monde ne finit pas toujours à la même heure, que chacun a ses impératifs et ses rendez-vous après les obligations professionnelles, il semble difficile de rassembler les troupes un même jour, après le bureau. Le problème est d’autant plus handicapant quand l’équipe regroupe 10, 20 ou 30 personnes, dont certaines ont des enfants, une vie personnelle déjà bien remplie et peu de temps à consacrer à ces événements.

Des alternatives possibles à l’afterwork… Et des personnes pour vous aider à les organiser !

Si vous pensez définitivement que l’afterwork ne convient pas à votre entreprise, rien n’est perdu : il existe d’autres concepts proches, peu connus en France, mais déjà bien développés outre-Atlantique par exemple. En effet, le « beforework » pourrait davantage tenter certains publics : ici, il s’agit de prévoir des activités très tôt le matin, avant d’aller au bureau. Entre 6 heures et 8 heures, dans des villes comme San Francisco ou Sydney, il n’est pas rare d’aller partager une séance de yoga entre collègues, idéale pour se concentrer tout en douceur…

Quels que soient vos projets en matière d’événementiel d’entreprise, sachez que les équipes d’Ad And Co’ peuvent vous accompagner et même se substituer à vous dans toute l’organisation : contactez-nous afin de préparer votre afterwork, nous nous chargerons des réservations et de tout le côté administratif !
commentaires
 

Soyez le premier à commenter cet article !

autres articles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer l'audience de notre site. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

J'accepte